Image-de-soi-par-FUMIGRAPHIK

Image de moi : suis-je Princesse ou Cendrillon ?

Ce thème me tient très à cœur, car j’ai l’impression que je n’ai pas terminé d’avancer sur ce long chemin de restauration de l’image que j’ai de moi.

La première fois que ce sujet m’a sauté aux yeux, c’est quand une thérapeute m’a dit : “Mais quelle image tu as de toi pour supporter ça ?”

Je me suis dit : “waouh, c’est vrai !” Qui suis-je ? Comment je me vois ? Pourquoi  j’encaisse autant de violence sans dire stop, sans bouger d’un fil, sans dire immédiatement “Hou-là, je ne suis pas d’accord d’être traitée comme ça”.

Quand j’étais petite ma mère me traitait de peste, de sale gosse, et d’autres mots à chaque fois que je ne correspondais pas à l’enfant idéale qu’elle avait imaginée. J’ai grandi avec une image de moi très mauvaise. Devant les autres, je croyais que tout le monde pensait comme ma mère et que ceux qui m’admiraient allaient forcement découvrir un jour le “monstre” que j’étais et qu’ils allaient me rejeter aussi.

Ce phénomène de projection (ou pour utiliser d’autres mots savants : interprétation, récupération) arrive à tout le monde. Plus j’ai été maltraitée enfant ou sévèrement éduquée, plus je construis une image de moi mauvaise. Si mes parents, enseignants, nounous, m’ont traitée de cette manière, je finis par croire que c’est parce que je suis vraiment mauvaise, et peut-être qu’au fond, je ne suis pas aimable. Je me suis empoisonnée de cette version de qui je suis.

J’ai beaucoup travaillé ce thème en développement personnel et spirituel. J’ai été guérie maintes fois et il me reste encore des reliquats de cette mauvaise image de moi.

Quand je me retrouve dans une situation de conflit ou de violence et que j’encaisse au lieu de dire stop, je sais que j’ai déjà oublié la personne formidable que je suis. Quand je passe une journée entière à m’occuper uniquement de mes obligations et que je ne prends pas le temps de me faire du bien, je sais que je suis en train de baisser dans la considération que je me dois.

J’aime répéter cette phrase que j’ai reçu comme un cadeau : « je me réjouis de qui je suis », pour être claire que tout en moi est bon et je peux me réjouir même de mon cheminement intérieur, de mon célibat ou de ces quelques jours de déprime.

Libert-par-Catherine-McMahon.jpg

Pourquoi parler de l’image de soi dans un blog pour les femmes célibataires qui veulent rencontrer l’homme de leur vie et construire une relation durable ? Tout simplement parce que si je ne m’occupe pas d’améliorer mon image de moi, je vais accepter de sortir, rencontrer et même m’engager dans une relation avec un homme, vraiment pas ok pour moi.

Vous voyez tous ces couples où l’homme parle mal à sa femme, il n’a plus de considération pour elle. Il ricane, il rigole avec ses copains devant elle sur son poids, sa tenue… en ajoutant : “nan, je rigole”. La femme se tient complètement sous la coupe de son conjoint, elle ne dit rien. Ces femmes-là, qui pourraient être moi, au passage, sont des femmes avec une mauvaise image d’elles. Elles encaissent des violences physiques ou juste “ordinaires”, déjà  avant d’être en couple, tout en se disant “c’est pas grave, il s’est énervé comme ça c’est  parce qu’il est stressé… et avec le mariage, la vie à deux, il va changer.” C’est carrément le syndrome de la Belle et la Bête.

Je suis tentée de penser qu’avec ma gentillesse, je vais rendre mon homme plus humain. Au passage, j’en profite pour dire que les femmes qui ont une mauvaise image d’elles redoublent de gentillesse pour essayer de se faire aimer, elles ont trop peur d’être rejetées.

Voilà pourquoi il faut absolument s’occuper de son image de soi.

Alors, les femmes, voici le cadeau de la semaine : une liste de propositions pour être victorieuse dans cette bonne guerre !

Et maintenant contribue à cet article en ajoutant un commentaire : quelle proposition te parle ?

 

  1. Identifier quelle image j’ai de moi, pour prendre conscience d’abord : regarder comment je m’habille, comment j’agis avec les gens, quelle image je renvoie ?
  1. Découvrir de nouvelles options, de nouvelles approches de la beauté.
  1. Décider de bien me coiffer et de bien m’habiller pendant une semaine, pour sentir si c’est facile pour moi, ou au contraire si j’ai du mal à voir que les gens me regardent, si c’est difficile pour moi de voir que je leur renvoie une image qui change (je change de posture).
  1. Faire une monodiète de 24h.
  1. Faire un relooking, ou bien commencer par demander des conseils à une experte.
  1. Changer ma coupe de cheveux.
  1. Investir dans un produit de soin bon pour ma santé.
  1. Prendre le temps que je ne prends pas d’habitude : pour passer un produit sur le visage, pour me mettre du baume à lèvres.
  1. Tenir un cahier où je note les bons mots, qui m’ont été dits par mon entourage ou par ceux que je rencontre. Je peux même m’écrire des bons mots à moi-même !
  1. Imprimer les photos que j’aime de moi, m’offrir un shooting !

Et en bonus : Prendre le temps de pleurer, de faire le deuil, de traverser cette douleur de tout ce qui m’a été renvoyé comme poison avant, pour ne plus en être prisonnière.

Photos : FUMIGRAPHIK

Catherine McMahon

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 Comments

  1. Moi j’ai mis sur ma glace de salle de bain : « tu es un cadeau, une merveille, unique »…
    Et de voir ça tout les matins, ça commence à faire son chemin!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *