L’attachement a révolutionné ma vie

Simone se met en beauté avec Mademoiselle M ! #5

« Décuplez votre assurance ! Rayonnez ! Aimez-vous telle que vous êtes ! » Myriam Hoffmann, alias Mademoiselle M partage avec nous ses meilleurs conseils pour passer à l’action, en passant par la porte de l’image et du personal styling.

Découvrez cet article et participez au Concours « Simone se met en beauté »

et gagnez un coffret « Prêt à porter » de Mademoiselle M !

Comment ? c’est tout simple : laissez votre commentaire le plus créatif en dessous de cet article. 

Multipliez vos chances de gagner en jetant un coup d’œil par ici

Cette fois-ci, c’est Luciane qui prend la parole, pour mettre le spot sur ce qui va vous aider à faire cette démarche !

 

Être capable d’attachement

As-tu déjà entendu quelque chose à ce sujet ?

La découverte de l’attachement a été lumineuse pour moi, il y a eu un avant et un après.

Je ne savais rien sur l’attachement, je ne connaissais ni son importance ni comment faire pour réussir un attachement avec un homme. J’avais plus de trente ans, j’avais des amis, des collègues, beaucoup de connaissances par une association à laquelle j’appartenais, une famille nombreuse, des activités de bénévolat… et pourtant tout ce monde n’avait pas été suffisant pour que je puisse sentir en moi l’énergie pour m’attacher.

Ah ! il faut aussi que je vous dise je pouvais me retrouver au milieu d’une foule et malgré cela me sentir terriblement seule.

Alors, je vais vous donner un aperçu de ce qu’est l’attachement en vous parlant de mes découvertes.

Je vous rappelle que ce dont je parle ici n’est pas l’attachement malsain aux choses matérielles, il s’agit de l’attachement qui me permet d’être vivante et en bonne santé !

C’est un besoin VITAL

La première, c’est que nous avons depuis le ventre de notre maman un besoin vital de proximité et de nous sentir attachés.

Il s’agit du besoin que quelqu’un prenne soin de moi, que quelqu’un se préoccupe pour moi. Cela crée une sensation de chaud au fond de moi, une sécurité profonde. Quand ma mère me parlait, quand j’étais dans son ventre et quand j’étais dans ses bras ou carrément dans son lit pendant mes premières nuits, je créais d’une manière douce et invisible une sécurité et une capacité à être en relation et à me sentir bienvenue sur terre.

De 0 à 99 ans, nous avons tous besoin de proximité, de contact physique, de nous sentir dans l’attachement avec d’autres.

Ce qui m’a fait peur la première fois, quand j’ai entendu parler de l’attachement, et qui m’a aidée à prendre ce besoin au sérieux, c’était que je ne savais pas répondre à la question : “En cas de coup dur, qui tu appelles pour demander de l’aide ?”

Pour commencer, je répare !

La deuxième découverte a été celle de l’importance de réparer mon manque d’attachement à moi-même et ma difficulté de m’attacher aux autres qui en découle.

J’avais du mal à prendre soin de moi, à investir du temps et de l’argent pour mes besoins personnels.

Je me disais qu’il fallait d’abord que je pense à mes études, à m’installer correctement, à mon budget mon prochain voyage pour visiter ma famille au Brésil, et puis à payer mon loyer, ma nourriture, mes charges….

Me donner la priorité et investir dans mon développement personnel, c’est arrivé seulement à 33 ans. Ce qui m’a beaucoup marquée, c’est d’entendre Robin Norwood, dans Ces femmes qui aiment trop , qui dit, en substance :

 

Tant que je ne me donne pas la priorité, je vais continuer à dépenser mon argent et mon énergie pour tenter de sauver des personnes de ma famille.

 

Cela m’a beaucoup parlée, car j’étais souvent inquiète pour mes sœurs ou pour d’autres personnes de ma famille d’origine.

Sans m’en apercevoir, j’étais occupée mentalement et émotionnellement par leur vie, leurs difficultés, leurs angoisses.

Me séparer de ma famille d’origine

Ma troisième découverte a été celle de mon besoin de me séparer, de mettre MA vie au cœur de mon existence et de m’éloigner de ma famille d’origine.

Me centrer sur ma propre vie était quelque chose dont je n’étais pas capable et le besoin n’était pas suffisamment pressant. Je ne savais pas comment faire, je n’avais pas non plus la permission de le faire. En creusant, j’ai vu que j’avais terriblement peur d’être exclue du clan familial, d’être rejetée.

Le cycle de la vie va de l’attachement à la séparation : je m’attache, je me sépare, je m’attache à nouveau… Si je suis bien attachée à ma mère, à ma famille d’origine, à un moment, dans ma vie adulte, je vais décider de me séparer, de dire au revoir, de faire le deuil de ce que je ne serai plus, pour m’attacher au couple que je vais fonder, la famille que je vais construire. Je ne serai plus seulement fille, je vais être épouse et mère.

Si je suis en manque d’attachement avec ma famille d’origine, je ne peux pas me séparer. Je suis dans le détachement. Cela se repère facilement : l’attachement fait sentir du chaud et la sensation d’être aimable, alors que le détachement fait sentir du froid dans la relation.

Prendre soin de moi

La dernière découverte, non la moindre, c’est que tant que je ne mets pas de l’énergie pour prendre soin de moi, de mon apparence, de mes besoins de femme adulte, je ne serais jamais capable de prendre soin d’un autre de manière respectueuse.

Alors que je pense m’intéresser à l’autre et prendre soin de lui, d’elle, je suis dans une démarche de sauvetage, c’est-à-dire de contrôle de l’autre, ce qui est une forme de violence… parfois très difficile à démasquer !

Il y a eu cet avant et cet après

Découvrir l’attachement m’a fait radicalement changé de perspective, comme si j’avais changé de lunettes et que je voyais mes relations sous un angle complètement nouveau.

Je vous fais cadeau de cet article, pas pour que vous le transformiez en prise de tête, mais pour que vous puissiez prendre des permissions, de passer à l’action, de vous réjouir de qui vous êtes, de vous faire accompagner, de créer de nouvelles relations authentiques et profondes, jusqu’à vous sentir attachée.

 

Et pour prendre le sujet à bras le corps écoutez la Conférence d’Aliette de Panafieu : Amour et attachement.

Photo libre de droits

Enregistrer

Enregistrer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

9 Comments

  1. Bonjour Luciane,
    Belle manière de parler de l’attachement !
    En effet, l’être humain est un être social qui a besoin de nouer des liens avec ses pairs. Mais comme tu le dis, on confond parfois liens et contrôle. Et tant qu’on n’est pas au clair avec soi-même et qu’on s’évertue à vouloir sauver notre entourage, on ne peut ni prendre soin de soi, ni prendre véritablement prendre soin des autres.
    Bonne journée

  2. merci pour cet article, révélateur pour moi de beaucoup de choses, en particulier sur le manque d’attachement et sa réparation (et le « prendre soin de moi »).

    Je vais relire ce texte … et le faire suivre !

  3. Merci Luciane de ce nouvel éclairage si clair et juste, qui va droit à l’essentiel. Bravo !

    Mes comportements quotidiens, que je percevais dans la générosité et l’aide des autres, pourraient aussi représenter une forme d’éloignement de moi avec moi. Comme une façon de m’occuper d’autrui pour me sentir utile, au lieu de garder d’abord mon attention et mon énergie pour moi.
    J’adoooore ta référence à Robin Norwood, ma « mère adoptive » qui m’aide à me libérer de mes dépendances affectives et à mieux prendre soin de moi, comme tu le dis si bien.
    Et bien sûr la conférence sur l’attachement : d’extraordinaires révélations à chaque écoute…

    Continuez sur cette route Luciane et Geneviève, je suis fan !!!

    1. oh, merciiiii !!!! J’aime beaucoup beaucoup ce que tu dis, nous trouvons ça juste et pertinent.
      Nous t’encourageons aussi, à notre tour, à continuer toi aussi sur ta lancée ! tu nous fais en plus le cadeau d’ajouter de la valeur à nos articles, par ce que tu partages.
      Nous t’embrassons !

    1. Oh oui, ça transforme l’existence ! tu as bien raison. Les personnes avec qui je suis attachée comptent tellement pour moi que je ne peux pas imaginer avoir une qualité de vie comme celle que j’ai aujourd’hui sans elles.

  4. Merci infiniment pour cet article qui est à l’air simple, mais qui est d’une profondeur assez extraordinaire.

    De ce que je lis, cette chose est capable de transformer ma vie.
    L’attachement.

    C’est fou de se dire que quelque chose d’aussi simple et faussement évident peut être aussi révolutionnaire.

    Juste arrêter d’être simplement centrée sur moi-même et sur mes peurs et sur ce que je crois vouloir et savoir.
    Et regarder l’autre comme quelqu’un qui a les mêmes besoins vitaux que moi.
    Être Aimer.

    Ce qui est incroyable, si je suis cette expérience, ce phénomène comme disent les philosophes.
    Un miracle, un cadeau, une surprise que chacun le nomme comme il l’entend:
    A chaque bout de l’attachement chacun reçoit!
    La personne qui fait preuve d’attachement.
    L’attachement est action et non douces paroles, réel attention et non curiosité.

    L’attachement est une opportunité que je m’offre, de sortir de moi-même.

    Je regarde dès lors l’autre.
    Vraiment .

    J’écoute dès lors l’autre.
    Réellement.

    Et je reçois.

    L’attachement fait fructifier.
    Grandir.
    Fleurir.
    Révele l’essence, l’être, les natures et les visages de toutes relations.
    C’est ce que je comprends et expérimente.

    C’est fou de réaliser par cet outil d’Amour, que l’envie d’être protégé, de compter pour quelqun d’être spécial pour quelqun, n’est pas réservé qu’a une élite de moins de trois ans!!
    (Sourires)
    et qu’en fait ce besoin, cette soif, cette faim, ce désir, ce rêve est partagé et immuable.

    En fait, il est une chose que je pense être difficile c’est le terme attachement.

    De nos jours, ère de liberté effrénée, attaché à un côté négatif.
    Attaché équivalent de brimer?

    Merci pour cet article, ce témoignage, qui illustre si bien le sens originel et étymologique de ce talent.
    Talent, qui je le comprend désormais, n’a rien de fraternel ni de commun avec les brimades, avec la violence et l’intrusion.
    Tout au contraire.

    Attacher et tout simplement ce qui fixe, ce qui ancre. Enracine pour une récolte aux fruit savoureux.

    Je vois que je me suis attaché à votre article, les mots m’ont échappé et affluent.
    Merci pour cette occasion de partage et d’écriture.

    N

    Merci infiniment pour ce cadeau, opportunité davantage d’Amour et de relations vrai.
    N

    1. Oh, merci merci merci ! pour ce partage qui vient du cœur, nous pouvons le voir.
      Merci d’avoir pris le temps de mettre en mots.
      Plaisir à te lire, envie de te retrouver très vite sur les pages d’EnCoupleSimone !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *