Sortir du célibat, mode d’emploi

Nous avons toutes besoin de modèles

Entendre les histoires que d’autres ont vécues, ce qui a marché pour elles et qui potentiellement pourrait marcher pour moi, les témoignages dans lesquels je peux me reconnaître et croire que c’est possible pour moi aussi.

Comme vous le savez peut-être déjà, j’ai rencontré mon mari dans un club théâtre, et le fait de jouer au théâtre ensemble nous a permis de vivre des moments de qualité ensemble, à nous sentir proches l’un de l’autre, tout en gardant le mystère. On était tout le temps ensemble, mais on ne se connaissait pas. Jusqu’au jour où nous nous sommes retrouvés dans un jardin fleuri, au mois de juin, pour lire ensemble. L’après-midi s’est déroulée alors qu’il pensait encore qu’il n’avait aucune chance avec moi, à cause de notre différence d’âge. Je l’ai surpris en écrivant sur la serviette en papier de son sandwich : “J’aime ton regard”. À ce moment, il a su que moi aussi, j’étais intéressée. Immédiatement, il a réagit, en écrivant sur ma serviette : “J’aime ton sourire”. On a commencé une relation délicieuse et six mois plus tard, je l’embrassait pour la première fois ! Deux ans plus tard, on se mariait !

J’ai donc pensé partager des histoires vraies qui pourrait vous servir de modèle en plus du mien.

Elle avait l’audace de parler de son projet

Une de mes amies a rencontré son homme grâce à l’audace qu’elle a eu de dire à ses copines proches qu’elle cherchait quelqu’un, qu’elle était intéressée pour rencontrer les amis d’amis et multiplier les rencontres. Elle voulait augmenter ses chances de rencontrer un homme qui serait 100% compatible avec elle, qui elle est. Elle refusait de se mettre avec un homme moins “bien” pour elle, sous prétexte qu’elle n’était plus une jeunette, et qu’il ne resterait que les 2èmes catégories sur le marché (messieurs, c’est une façon de parler !) Une chose dont je me rappelle bien, c’est qu’elle était ok pour épouser un étranger.

Une de nos amies en commun avait un ami d’origine étrangère et elle a décidé de le lui présenter. Elle avait l’intention de les aider à se reconnaître, car elle les connaissait tous deux très bien et elle se disait que ça pouvait matcher. Il a suffit d’une après-midi lors d’un passage de cet ami à Paris (il habitait dans le sud de la France) pour qu’ils se plaisent. Une histoire d’amour a commencé à distance, ce qui, pour certaines d’entre nous est plutôt un avantage. Ça permet de diminuer la pression de l’entourage, qui ne sait pas ce que se passe, et qui se mêle moins de la relation naissante. Ils se sont mariés un an après et ils ont un enfant.

Elle s’est inscrite sur un site de rencontre

Une autre amie s’est donné la permission de s’inscrire sur un site de rencontre. Elle avait vécu beaucoup de rencontres peu probantes, dans lesquelles elle se retrouvait avec des gars qui ne lui convenaient pas, il y restait seulement l’attraction physique. Un beau jour, dans son petit studio, elle s’est dit : “je vais vraiment rencontrer quelqu’un qui veut faire sa vie avec moi, je me donne deux ou trois mois.

Elle a pris un abonnement payant et bingo ! Son prince habitait dans le sud lui aussi, loin de Paris où elle vivait. Leurs aller-retour ont duré 8 mois, jusqu’au jour où il lui a fait la surprise de partir avec elle en voyage à l’étranger et l’a demandée en mariage ! Ils se sont mariés assez vite et ils ont deux enfants.

C’est elle qui a fait le premier pas

Une amie de 39 ans flirtait avec un gars de 38 ans qui ne faisait pas le premier pas. Elle non plus. Elle n’était pas sûre d’être amoureuse de lui. Cela a duré un an et deux mois. Un jour, j’ai joué l’entremetteuse et je lui ai dit : “ça suffit, là il faut que tu prennes les grands moyens, tu n’es plus adolescente et tu ne peux pas passer toute ta vie à attendre. Prends rendez-vous avec un professionnel pour poser toutes tes questions !”

Et c’est ce qu’elle a fait ! Cela lui a permis d’exprimer la peur bleue qu’elle avait de se retrouver en couple avec un mec qu’elle n’aimerait pas vraiment. La conseillère lui a dit qu’elle-même ne savait pas plus qu’elle : en s’ouvrant à la relation, il pouvait devenir dingue amoureux d’elle, ou peut-être pas ! C’était juste une chance qu’elle avait à se donner, une expérience à faire.

Elle a pu baisser la garde et reconnaître : “c’est vrai, je ne sais pas de la suite, ça peut marcher… ou pas !”

Quand enfin elle a décidé de dire oui à ses avances, ils se revoient pour prendre un verre. Toujours pas de premier pas.

Ils se retrouvent sur le même lieu de vacances où ils s’étaient rencontrés par hasard l’été d’avant, le séjour se termine et rien n’avance.

Je lui ai dit : “cette semaine j’ai fait un formation et la conférencière a dit que quand nous sommes dans la trentaine, on n’a pas à rester passives dans la relation, ce n’est pas uniquement à l’homme de faire un pas !” Cette conférencière disait qu’il fallait demander à l’autre si oui ou non il voulait prendre le temps de faire connaissance, sans pour autant se mettre en couple. Mon amie m’écoute et me dit qu’elle ne se voit pas faire cela, je lui dis : “tu n’a pas de temps à perdre, car si ce n’est pas lui, il faut que tu puisses être tout de suite libre pour rencontrer un autre homme et arrêter de perdre ton temps !  Allez, tu l’appelles aujourd’hui et tu poses lui la question !”

Cela lui a beaucoup coûté…mais cela lui a valu de commencer une relation claire et respectueuse qui a abouti sur un magnifique mariage, en hiver, car ils ne voulaient pas perdre plus de temps d’attendre l’été suivant.

Katy a fait le choix de vivre en France pour réaliser son projet de couple

Une autre amie, que j’appelerais Katy, est arrivée à Paris en disant autour d’elle qu’elle venait passer un an à Paris pour rencontre son mari, elle avait une idée très claire du type d’homme qu’elle voulait, quelles valeurs il aurait, quel serait son profil, etc.

Je l’ai rencontrée dans un groupe de prière catholique, elle en fréquentait au minimum quatre par semaine ! Elle y a rencontré beaucoup de monde, et vous savez quoi ? Elle a épousé un gars qui est venait pour la première fois à l’un des groupes qu’elle fréquentait, invité par un amie à elle et qui savait qu’elle voulait se marier. Cette amie à tout de suite pensé à lui présenter cet ami. Ils sont mariés, ils habitent en Ile de France et ils ont 3 enfants.

Elle savait ce qu’elle voulait

Une autre disait qu’elle voulait se marier avec quelqu’un qui habiterait à la campagne. Quand la cousine de celui qui est aujourd’hui son mari a entendu cela, elle a pensé à ce cousin. Ils ont organisé un repas pour les présenter l’un à l’autre, ça a matché et ils ont commencé leur vie de couple quelques mois après.

Ce qui est de commun dans toutes ses histoires

Ces femmes ont trouvé un moyen de rencontrer leur mari, par un site web, en parlant à leurs amies, en faisant le premier pas et en trouvant des lieux pour multiplier les rencontres.

Pendant mon premier rendez-vous avec mon futur mari, le jour où je suis tombée amoureuse, j’avais écrit sur une serviette en papier “j’aime ton sourire”, ce qui lui a laissé clairement entendre qu’il me plaisait, alors que lui-même pensait qu’il n’avait aucune chance à cause de notre différence d’âge !

Une autre amie a touché l’épaule de son Jules, lors de leur première rencontre, au moment de se dire au revoir. Il a pris cela comme une preuve de son intérêt pour lui, car avant cela il croyait qu’elle était trop jeune pour lui (en fait, ils avaient le même âge !)

Donc, mesdames,

laissez à l’homme que vous rencontrez la possibilité de savoir qu’il nous plaît,

que vous êtes intéressée, qu’il puisse être rassuré sur le fait qu’il ne risque pas de prendre un vent.

Les hommes, même les plus boute en train, ont aussi peur que nous, ils sont aussi blessés que nous.

Ils ont cette réputation d’être plus forts, que c’est à eux de faire le premier pas, mais en fait, ils ont aussi peur que nous de ne pas être aimés et que leurs sentiments ne soient pas réciproques.

Je ne parle pas de bavardage ici. Je parle de donner des signes visibles et clairs : un regard, une main sur l’épaule, un geste, un petit mot.

Soyez créatives ! Love is in the air 😉

 

Enregistrer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 Comments

  1. Bonjour,

    Et oui la femme moderne peut faire le premier pas 😉 J’ai moi-même fait celui-ci et je ne l’ai jamais regretté. En plus, faire le premier a l’avantage de nous rendre active. On peut choisir le moment, le lieu et la personne ! Quelle liberté 🙂

    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *