Voilà comment je vois notre vie à deux : est-ce que tu embarques ?

Il n’y a de vent favorable qu’à celui qui sait où il va.  

Sénèque, reformulé par Aliette de Panafieu

J’ai vraiment envie de te donner comme un héritage anticipé.
Cet article est d’une grande valeur… car il va ajouter de la valeur à ta vie.

Et cela, même si tu n’es pas encore en couple. Surtout si tu n’as pas encore fait ce travail important de dessiner ton couple et de savoir au plus profond de toi ce qui te convient vraiment.

Je t’invite à lire chacun de ces conseils, à les prendre pour toi et à te dire intérieurement : “c’est sur ces bases que je vais construire ma vie de couple.”

Tu pourras avec chacune de ces clés faire les meilleurs choix, tout en te sentant assurée de vraiment vouloir te lancer dans l’aventure.

Si tu n’as pas encore lu la première partie gratuite de Le jour où j’ai décidé de quitter le célibat, il est grand temps : Wake up ! Réveille-toi !

Te projeter dans la vie à deux va te donner plus de confiance en toi et dans ton couple futur. Tu pourras aussi briller de mille feux devant ton chéri quand ce sera le moment de poser avec lui les bases de votre couple.

Tu lui diras :

Voici ce que je te propose pour notre vie à deux.  
C’est ce que j’ai envie de vivre avec toi.
C’est ce qui est important pour moi pour vivre une vie à deux de qualité.
Est-ce que tu embarques ?

Avec ces 7 clés, tu pourras montrer ta capacité à être au volant de ta voiture, sachant qu’il s’agit d’une aventure où l’autre a peur d’échouer autant que toi. Devant ta sagesse, il ne pourra qu’être dans l’admiration.

Et tu auras peut-être la même douce surprise que celle que j’ai vécue, d’entendre ton homme te dire :“Tu es une femme incroyable, je suis trop chanceux d’être avec une femme comme toi!”

 

🗝1. Alliance pour la vie

Je choisis d’être dans une certitude intérieure que ce que je veux construire est une alliance pour la vie.

Si je m’engage avec toi, c’est pour toujours. Je n’envisage pas de te laisser tomber. Peut importe ce qui t’arrivera, je serai là.

C’est comme avec la famille d’origine, personne ne dirait : « Je ne suis plus ta sœur, je ne suis plus ta fille. »
Quoi qu’ils fassent, rien ne change dans l’appartenance familiale.
Mon projet d’alliance est une forme d’appartenance choisie.

Ma famille d’origine, je ne l’ai pas choisie. Toi en revanche, je t’ai choisi et tu es ma nouvelle famille, c’est avec toi que je veux des enfants.

Même si un jour tu tombais amoureux de quelqu’un d’autre, notre construction ne serait pas remise en cause, car elle ne relève pas de l’amour, mais de l’appartenance.

Je quitte mes parents, je m’attache à toi pour la vie et je te propose une alliance dont la condition de réussite est le respect.

De ce fait, tu ne me dois rien d’autre que le respect, tout comme moi : je ne te dois rien, sauf le respect.

Je te propose que chacun fasse pour toujours le DEUIL DU DÛ.

Tout ce que chacun fait pour le couple, pour la famille, est digne de reconnaissance.

Je ne te dois rien, tu ne me dois rien. Tout ce que tu feras pour notre couple sera digne de reconnaissance, tout comme tout ce que je ferai.

🗝2. Zéro reproche

Je te propose de t’engager comme moi à exclure le reproche de notre vie commune pour toujours.

Si l’un ou l’autre n’est pas satisfait, il ne fait pas des reproches après coup. Je ne vais jamais dire:
« Tu n’es jamais là pour le dîner ! Je dîne seule tous les soirs de la semaine. »

Au lieu de cela, nous faisons des demandes AVANT.

Je pourrais te dire par exemple :
« Hier, tu es rentré après le dîner, j’avais faim et j’ai dîné sans toi. Je te demande si tu veux bien rentrer ce soir avant 20h30 pour qu’on puisse passer ce temps ensemble ? Qu’est-ce que t’en dis ? »

En excluant le reproche à tout jamais, je vais être sublime. Je renonce pour toujours à mon habitude de faire la tête ou de vouloir me venger.  Si me venger m’apporte un soulagement immédiat, cela détruit notre qualité de vie dans la durée.

Alors avec lui, tous mes comportements correspondent à une vie de couple qui me convient à 100%.

🗝3 Nous créons des liens d’attachement

J’ai envie de construire avec toi des liens d’attachement :

  • Je te propose une vie où je prends soin de toi et tu prends soin de moi.
  • Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu peux compter sur moi.
  • Et si j’ai besoin de quoi que ce soit, je sais que je peux compter sur toi.

C’est ce qu’on vit (ou ce qu’on devrait vivre) avec notre maman quand on est bout d’chou. Elle est là pour nous. On sait que si on a un bobo, on peut venir vers elle tant qu’on veut. Si on a faim, on peut la solliciter. Si on a  la fièvre, elle se débrouillera pour nous accompagner dans ce moment difficile parce qu’elle veut notre bien. Elle est attachée à nous. Elle prend notre défense.

Et s’il n’y avait pas beaucoup d’attachement dans ma famille d’origine, ou peut-être s’il y a eu trop de conflits et trop peu d’accompagnement respectueux, aujourd’hui, j’ai le droit de prendre la responsabilité de ma vie affective et de réparer cette carence de mon enfance .

Je peux enfin me donner la permission de créer des liens sains. Je le fais d’abord avec mes amis, je les crée avec ma famille d’origine, ensuite avec l’homme avec lequel je vais faire alliance.

L’attachement est un des trois piliers essentiel d’une vie à deux qui dure. Il va de pair avec l’appartenance et l’amour (qui lui, n’est ni nécessaire ni suffisant) .

Quand je suis dans l’amour, je sens mon désir, je le désire : “tu es merveilleux, tu es beau…

On aura tout le temps d’être amoureux, de construire notre amour. C’est une longue construction. Mais s’il y a de l’attachement, cela suffit pour que nous puissions rester ensemble toute notre vie, jusqu’à ce que la mort nous sépare.

🗝 4. Nous protégeons notre couple

Sachant que j’ai envie de prendre soin de toi et que tu vas prendre soin de moi, que notre attachement va être chaque fois plus fort et que ce lien est sincère, je n’admets pas ce qui pourrait être de l’ordre de la projection, du jugement de valeur, du jeu psychologique…
(pour aller plus loin, lire Que dites-vous après avoir dit bonjour ?)

Je protège mon couple, je ne laisse pas de place pour ce genre de chose.

Tout ce qui peut polluer, intoxiquer notre couple, notre histoire, notre alliance, je ne l’admets pas. C’est inconcevable autrement.

  • Jamais je ne vais projeter sur toi quoi que ce soit.
  • Je ne vais pas imaginer que tu es avec moi à cause de mon argent, de ma famille d’origine, de ma faiblesse ou de quoi que ce soit.
  • Tu es l’unique, il n’y en a pas d’autre, il n’y en aura jamais d’autre.
  • Moi aussi, je n’admets pas, de ton côté, des histoires imaginaires, que je puisse te tromper, m’être mariée avant ou quoi que ce soit d’autre.
  • Tu me respectes, je te respecte et cela dès maintenant.

Et toi qui me lis, si tu ne l’as pas déjà fait, je te propose de  renoncer pour toujours à toute tentation d’intrusion ou de vouloir comprendre l’autre. L’Unique, je ne le contrôle pas, je l’accueille comme il est.

Le must, c’est évidemment d’être capable de s’accepter d’abord soi-même et de se réjouir de qui on est !

  • Ta vie passée, ça ne me regarde pas. C’est ton intimité.
  • Ce que je sais, c’est ce qui se passe dans notre couple à partir de maintenant.

S’il me fait entrer dans son jardin secret, j’enlève mes sandales : son cœur est un endroit sacré. Je vais doucement. Je reçois ses confidences avec respect. Je peux pratiquer l’écoute active, ce qui m’évite d’entrer dans des débats. Je vais être sublime !

🗝 5. Je prends la responsabilité de mes 50% et je te laisse prendre tes 50%

  • Est-ce que tu penses que tu es capable de ça ? De me respecter ? De me faire des demandes ? De t’abstenir de reproches ?

Nous prenons chacun notre responsabilité dans le couple que nous formons. Si quelque chose ne convient pas à l’un ou à l’autre, ce n’est pas après coup que nous le disons. C’est avant :
« Cette façon de fonctionner ne me convient pas. »

Donc, si tu ne veux pas que je sorte avec mes copines parce que ça tu te sens seul, il vaut mieux que tu le dises avant :

“Je préfère que tu restes avec moi, ça ne me convient pas que tu sortes avec ta copine, je me sens seul ”.

Plutôt qu’après : “Je ne suis pas ta priorité, je passe après les autres, comme d’habitude, tu es sortie avec ta copine alors que je me sentais seul, etc.“

Si quelque chose ne convient pas, nous avons cette simplicité de le dire, de poser “cette chose ne me convient pas”. Avec ou sans explication, d’ailleurs.

Le ménage n’a pas été fait, le repas n’a pas été préparé… il ne faut pas en parler après. C’est AVANT. Si tu sens qu’il y a un risque pour que le repas ne soit pas prêt, tu peux le dire.

Et si moi, ça ne me convient pas de le faire, parce que je travaille, ou quoi que ce soit, on peut trouver un accord, une solution ensemble. On peut se faire livrer un repas prêt par exemple.

Et si je veux des sorties plus romantiques, je les organise, je quitte pour toujours mon rôle de victime et ma place de femme / enfant (pour aller plus loin, lire le Complexe de Cendrillon) et je mets tout en place pour vivre ma vie de couple de rêve. J’organise des vacances de rêve, des soirées romantiques, des rituels calins et des rituels mots doux, etc.

Je prends la responsabilité de la qualité de ma vie à deux. J’assume mes 50%.

Et si la question de l’argent vient sur le tapis

Moi, ce qui m’intéresse c’est qu’on puisse vivre un partage 50-50, chacun apporte sa part.

Cela ne veut pas dire que chacun paie la même part en argent.

Si les deux ne gagnent pas autant d’argent, parfois ce n’est pas possible. Ça peut être la même part en énergie, puisque l’argent est une forme énergie.

  • Alors, si dans le partage des tâches de la maison il y a quelque chose que je ne veux pas faire, le ménage par exemple, je peux payer quelqu’un pour faire ma part.
  • Si tu veux faire pareil, tu peux. Tu peux choisir de la faire toi-même.
  • Et si tu préfères faire toi-même la vaisselle et ne pas payer de femme de ménage pour ça, tu peux aussi.
  • Moi je préfère avoir quelqu’un qui fasse le linge et ne pas avoir à m’en occuper. Donc si ma part c’est le linge, je paye quelqu’un.

Même chose pour la garde des enfants, pour l’école, pour tout le reste.

On n’est pas obligés de faire tout pareil.

🗝 6. Je te parle dans ton langage de l’amour et je te demande de me parler dans le mien

La première chose à faire c’est de savoir quels sont nos langages de l’amour.
On peut faire le test ensemble.
Ou tout simplement, je vais te poser des questions pour voir ce à quoi tu es le plus sensible.

  • Comment tu te sens aimé ?
  • Est-ce que c’est quand je te prépare un chocolat chaud avant le coucher ?
  • Ou quand je te fais un massage ?
  • Ou quand je te dis que tu es beau, tu es magnifique et je suis la femme la plus chanceuse du monde depuis que je t’ai rencontré ?
  • Moi, je me sens aimée quand tu me fais rire !

Du moment que l’un sait comment l’autre se sent aimé, c’est plus facile de remplir son réservoir affectif. On a tous les deux notre réservoir plein.

Du coup, ce sont 90% des problèmes résolus d’emblée. Mon réservoir est plein, je sens de l’attachement pour toi, je n’ai pas envie de faire des reproches, c’est facile d’être généreuse.

🗝 7. Je choisis d’être généreuse (joie dans le couple garantie)

Je mets du mien pour être dans la générosité. J’investis dans ce moyen concret pour vivre bien à deux et avec nos enfants.

  • Je donne sans regarder à chaque fois si nous sommes quittes toi et moi.
  • Et si tu vois que je pêche de ce côté-là, tu peux me rappeler à l’ordre, parce que je m’engage à être dans la générosité.
  • Je t’invite à apporter toi aussi ta part, parce que je pense que notre couple à tout à y gagner.

Au lieu, de faire des calculs mathématiques pour savoir qui a été le dernier à laver la voiture ou à faire les courses, si je vois que le frigo est vide, je vais faire un tour de courses, tout en faisant attention à acheter ce que l’autre aurait voulu, s’il avait fait les courses lui-même.

J’ai ce souvenir délicieux du visage de mon mari , quand j’arrive des courses avec ses céréales préférées, alors que je n’en mange pas et que je n’en donne pas à nos enfants.

Ou encore, quand son chargeur  ne marche plus et que je le vois bidouiller pour charger son téléphone chaque jour, je lui en apporte un en cadeau, il est tout amoureux.

Avoir de la considération pour l’autre et être généreuse est une clé fantastique pour gagner en qualité de vie et grandir dans l’attachement.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article : Tu ne pars pas le jour où tu embarques

2 Comments

  1. Whouah ! Merci de partager avec nous un article aussi riche !

    Un couple est fragile. Il faut y prendre soin pour profiter de son plein potentiel.

    Bravo pour cet article plein de sagesse.

    Au plaisir.
    Morgan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *