Le prix à payer pour réussir la vie à deux et sortir du célibat

Je ne sais pas comment parler de ce sujet si délicat, sans brusquer les cœurs sensibles, sans brusquer celles qui pensent qu’elles peuvent tout avoir sans rien perdre ou sans avoir à investir énergie, temps, argent pour changer.

En fait, toi – qui me lis – et moi-même, nous sommes dans la même situation :

Si je veux changer ma vie, obtenir ce qui me tient à cœur, j’ai un prix à payer.

C’est valable dans chacun des domaines de ma vie.

Un cas concret

J’ai fait un commentaire sur un forum pour donner quelques options à une jeune femme qui voulait voir plus clair dans sa situation. Voici le contexte : elle est en couple depuis 4 ans avec un homme qui ne veut pas assumer leur relation, il dit qu’ils ne sont pas officiellement en couple, il ne veut pas s’engager. Elle n’est pas satisfaite, mais elle est trop attachée pour le quitter. Voici le commentaire que j’ai écrit pour elle. Je le publie car je pense que plus d’une d’entre nous pourra se reconnaître.

“Je vois l’ambivalence dans laquelle tu es, tu veux et tu ne veux pas. Tu veux avancer vers une vie de couple durable et en même temps, tu ne veux pas en payer le prix très cher, qui sera peut-être de faire le deuil de cette relation.

J’entends que tu es dans un entre-deux : ta situation n’est ni assez mauvaise pour que tu partes sans regret, ni suffisamment bonne pour que tu puisses t’installer. Au fond, j’imagine que tu te sens un peu coincée.

Si je peux me permettre de te partager mon expérience, sans doute différente de la tienne, avant de rencontrer l’homme qui est mon mari aujourd’hui, j’ai eu deux ou trois longues histoires avec des hommes qui ne voulaient pas s’engager. Aujourd’hui je réalise qu’en réalité je n’étais pas capable d’aimer vraiment et que je ne pouvais pas changer ces hommes.

En revanche, j’étais la seule aux commandes de mon navire, et moi seule, je pouvais donner une nouvelle direction à ma destinée en me donnant le droit de vivre quelque chose de mieux. J’ai pu me mettre en route en demandant de l’aide à des professionnels, puis une fois prête, ça s’est passé comme par magie, je suis tombée sur la bonne personne pour moi, facilement, rapidement ! Mieux encore : c’était réciproque et la relation était simple dès le départ. Au fond, je reconnais aujourd’hui que c’était moi qui avant tout, n’avais pas le droit de vivre une relation amoureuse 100% bonne pour moi.

Alors voici mon invitation pour toi : prends soin de toi, découvre tes passions, ta vocation, multiplie les activités qui te plaisent. Découvre quel est ton axe et deviens naturellement séduisante au point que ton homme se dise qu’il ne peut pas perdre cette femme exceptionnelle que tu es. Et là, peut-être, c’est toi, qui ne trouveras plus trop de charme chez lui et qui seras attirée par d’autres styles d’homme, plus respectueux et plus attentif à tes qualités !”

woman-1049070_1280

Des avantages dans le célibat ? Ai-je vraiment envie de sortir du célibat ?

J’ai partagé avec vous ce commentaire avec une situation particulière, mais il y a bien d’autres situations où nous sommes bloquées car nous ne voulons pas payer le prix pour changer.

Je pense tout simplement aux avantages du célibat, même si on en a parfois marre d’être célibataire, quand on voit nos copines jeunes mariées qui se disent coincées chez elles sans pouvoir aller prendre un verre le soir, car elles ont un jeune bébé ou un mari très casanier, on se dit au fond qu’on est bien “libre” !

Ah bon ? je demande à voir ça ! Je ne vois pas tant la liberté qu’une fuite de la vraie vie.

Nous sommes très souvent dans cette illusion que nous pouvons changer de vie sans rien donner en contrepartie.

Ma vie de célibataire vs ma vie de famille

Quand j’étais célibataire, j’avais un groupe de copains, je m’engageais dans des actions humanitaires au point d’avoir une seule soirée libre dans la semaine, et parfois je recevais les copines à la maison après 22h pour parler de mon association ou pour faire un temps de créativité (vidéo, thé gourmand, organisation d’un événement ou juste partager nos bobos de cœur). Ma porte était tout le temps ouverte aux copines. J’avais un emploi de temps de ministre et cela me convenait très bien.

Quand j’ai commencé à vivre avec mon mari, tout a changé. Il fallait vérifier s’il était disponible pour recevoir la foule dans notre 35 m², le nombre de mes soirées ouvertes a été divisé par trois, j’avais gardé 2 soirées d’engagement par semaine, ce qui était déjà énorme.

Quand j’ai eu ma fille aînée, les choses ont encore évolué, je recevais uniquement mes amis intimes, plus de soirées, mais des sorties en journée, durant mon congé maternité.

Puis mon emploi du temps a été totalement organisé en fonction de ma fille, car durant sa première année nous avions choisi de lui donner la priorité.

J’ai fait un choix qui me convenait et j’ai eu un prix à payer. Je me suis déterminée à sortir du célibat. J’ai réalisé que ma vie ne serait plus comme avant. Il y a eu un deuil à vivre, sentir le chagrin de ne plus avoir cette façon de mener ma vie de célibataire, pour accueillir et m’investir dans ma vie de couple et de famille.

Matlachu, priorité sur la relation plutôt que sur la propreté

Un choix par défaut ?

Il y a des femmes qui peuvent rester dans l’idée qu’elles ne peuvent pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière. Je pense à une femme proche de moi, 50 ans, célibataire, qui m’a partagé qu’elle ne se voyait pas en couple, avec quelqu’un qui lui donnerait des ordres, qui la gênerait au lit ou qui augmenterait ses tâches ménagères. J’étais choquée par sa représentation de la vie du couple. Bien sûr que si tu vois uniquement ce que tu dois donner en contrepartie, les changements dans la vie quotidienne, tu vas te dire que c’est trop cher payé, que c’est plus simple de ne pas se marier, de ne pas avoir d’enfant, que tu te contentes d’avoir juste de temps en temps une relation sans engagement.

Voir en plein plutôt qu’en creux

Alors qu’il y a un bénéfice, il y a quelque chose de bon, de doux, un avantage que je reçois en échange de mon investissement. C’est un choix gagnant-gagnant ! Si ça n’était pas le cas, moi aussi je regretterais ma vie de célibataire ! Si tu ne vois pas pour quoi la vie à deux c’est mieux, fais une pause dans ta lecture et jette un coup d’œil par ici. Et si tu crois que tu as tout ton temps pour trouver l’âme sœur, pour fonder une famille, pense à ton horloge biologique pour te booster ! Sans cela, sache que tu risques de payer un prix trop cher, pour le coup !

Envie ou besoin ?

Je me souviens encore du jour où j’ai entendu dans une conférence que nous avons “envie d’ordre et besoin de désordre” (Aliette de Panafieu). Grande révélation ! C’était une illusion de croire que pouvais maintenir ma maison en ordre et bien propre comme quand j’étais célibataire dans 17 m², alors que j’avais deux filles, un mari et 75m² ! Le prix à payer était d’accepter de vivre avec le bazar de temps en temps ou d’investir dans des heures de ménage payées ou dans une meilleure organisation de l’espace. Je me souviens de tous les aménagements que nous avons essayé pour diminuer le désordre : (trop) peu de résultats !

Voilà le prix à payer, pour rester dans une relation respectueuse avec nos filles et les voir grandir bien vivantes. Franchement je préfère éviter les menaces, les chantages, les punitions à gogo, les cris sur mes enfants pour qu’elles rangent. Je mets la priorité sur la relation plutôt que sur le fait d’avoir une maison bien propre et en ordre !

Efraimstochter, priorité sur la relation plutôt que sur l'ordre

J’ai réalisé que ma vie ne sera plus jamais comme avant et cela me plaît!

Pour moi c’est devenu facile, j’avais fait un travail sur moi, j’en avais vraiment marre de vivre seule, je venais d’une famille nombreuse et j’avais hâte d’avoir du monde dans ma maison. Mais auparavant, j’ai dû exprimer toute ma colère et accueillir tout l’inconfort émotionnel de perdre des choses auxquelles j’étais attachée comme la porte toujours ouverte aux amis, la souplesse de mon emploi du temps ou encore, sur un plan plus profond, l’image que je donnais à voir auprès de ma famille d’origine et dans mon milieu.

J’ai aussi mis beaucoup d’énergie pour sortir d’une posture de victime, liée à ma représentation de la vie à deux : ce n’est pas parce que je fais le ménage et la cuisine que je suis victime de mon mariage.

Bonne nouvelle :

Accepter de payer le prix, de renoncer à notre confort de célibataire nous rend plus vivantes.

À ton tour

Si tu lis cet article avec intérêt, go ! Contacte tes rêves, voit l’écart avec ce que tu vis aujourd’hui et passe à l’action !

Et si tu n’es pas encore inscrite pour recevoir les 49 Pistes pour avancer et une nouvelle piste chaque semaine, lNSCRIS-TOI !

À ton tour de transmettre : partage cet article sur Facebook !

Photos : libres de droit

Cocoparisienne

Matlachu

Efraimstochter

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

10 Comments

  1. Encore une fois, merci !! Même si déjà men couple depuis 10 ans et mariée depuis bientôt 8 ans, JE PRENDS vos conseils,
    pistes, invitations !! Je suis dans une autre forme de quête amoureuse, celle d’un métier, d’une activité professionnelle. Certains de vos conseils d’adaptent très bien !
    Je vous embrasse
    Béatrice

  2. Merci pour cette belle réflexion ! Parfois on se rend compte de l’écart, on commence à changer , mais pas facile de tenir sur la durée, même si c’est un chemin vers soi et vers le bonheur . Quelle serait les grandes étapes vers la vie de couple ?
    Peut-être
    1 la prise de conscience
    2 mettre en place le changement
    j’avoue que les suivantes m’échappent un peu …
    Merci d’avance pour votre réponse !

    1. 🙂 et merci pour la question, Aurélie !
      Chemin vers soi, vers l’autre, chemin vers plus de vie !
      Alors, pour les étapes : rencontrer, rencontrer et rencontrer !
      … en favorisant les occasions de rencontre (je renvoie à ce podcast : 3 pistes pour vivre la rencontre)

      En fait, quand on se met en route vers un changement profond, changement de mes représentations (du couple, de ma place dans la relation, etc), qu’on arrive à passer du conte de fée à la vraie vie, il suffit de multiplier les rencontres pour voir qu’on sera rapidement attirée par la bonne personne. Si je change ma posture et si je prends du recul par rapport à mon scénario, je découvre une permission de pouvoir vivre une relation amoureuse simple et saine. Une fois que j’ai quitté mes résistances au changement, le changement arrive naturellement.
      Quelque part, si je suis seule ce n’est pas un manque de chance, c’est que je suis encore programmée pour ça.

  3. Merci beaucoup pour ce super article qui m’aide à accepter pleinement le prix à payer! oui, j’accepte et j’assume le prix à payer avec joie pour être femme, épouse et bientôt mère je l’espère!!

  4. Merci Luciane!

    C’ est vrai que la question est toujours là, il y a un prix à payer, je suis prête!? Et toute les excuse, ce sont des barrières pour me dire que peut-être c’ est pas forcément ailleurs la difficultés mais plus souvent à l’ intérieur de moi…

    1. Bien vu Cristiane ! bravo pour l’honnêteté. Toutes les femmes ne sont pas capables de réaliser qu’elles ne sont pas prêtes à payer le prix, pour vivre le changement qu’elles espèrent.
      Alors, confiance ! D’autres ont accepté de payer le prix, même si elles avaient des doutes, et ça a marché !!! témoignages à venir !!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *