Sexe et début de relation amoureuse

(No)sex en début de relation : l’art de garder son homme

J’ai envie de parler sans détour sur ce sujet si complexe sur la place et le rôle de notre sexualité au début de la relation amoureuse.

Certaines de vous se sentiront peut-être moins directement concernées… cependant je crois que chacune de nous a un avis ou une expérience sur la question !

Pour commencer

En échangeant avec des femmes mariées ou célibataires, j’ai entendu toutes sortes de discours sur le sujet.

  • Certaines ne savent pas, elles disent qu’elles verront bien sur le moment.
  • Certaines ont eu de bonnes expériences sexuelles, d’autres sont encore habitées par des expériences moins heureuses, des peurs, des idées reçues qui les handicapent.
  • Certaines sont à l’aise pour en parler. D’autres sont gênées.
  • Certaines se réfèrent à leur appartenance religieuse et disent vouloir s’abstenir avant le mariage. Elles pensent pourtant que c’est une des raisons pour lesquelles elles sont encore célibataires : ce choix dissuaderait les hommes de poursuivre une relation amoureuse avec elles.

Mais, au fait ? Quel est le rôle de la sexualité au début de la relation ? Quelle place lui donner ?

“Faut-il”, oui ou non, avoir des relations sexuelles au début d’une relation ?

Pour moi, c’est non.

Et voici mon avis, si on veut garder son homme

Ce n’est pas une obligation, c’est un choix avisé ! “Mon corps, c’est mon corps”, pour reprendre le titre de cette vidéo -vintage, vous êtes prévenues- si importante à montrer aux enfants (et aux grands !), c’est bien moi qui décide ce que je fais de mon corps et si je décide de me respecter, c’est en pleine conscience.

Est-ce que c’est moi qui décide pour ma vie ? Mon choix est-il en accord avec moi-même ? ou bien est-il dicté par peur du regard des autres ? pour correspondre à ce que mon boss, mes proches, mes amis attendraient de moi ?

Je nous invite à nous poser chacune la question, à investir nos choix de vie en fonction de nos désirs profonds.

J’ai cherché des réponses, je me suis formée, j’ai lu

… j’ai aussi fait des erreurs et voici ce que j’ai appris :

Si je décide d’avoir des relations sexuelles avec un homme le premier soir (disons les premières semaines, les premiers mois) et qu’au fond de moi mon désir est de construire une relation durable, ce qui va se passer avec lui sera probablement tout l’inverse.

Car le premier jour de notre rencontre amoureuse, je peux ressentir du désir, ce qui est naturel, mais je ne sais rien encore sur mon sentiment amoureux, sur l’amour naissant, comme en parle notre chouchou Alberoni.

Mon sentiment est trop frais pour que je puisse décider si oui ou non, je vais construire quelque chose avec cet homme. Et lui aussi d’ailleurs en est probablement au même point : s’il a du désir pour moi, ça ne veut pas dire qu’il est fou amoureux. Et même s’il l’était, il ne saurait pas s’il veut construire une relation durable avec moi.

Pour garder son homme dans une relation, il faut du temps et du lien.

C’est après 6 mois, plus au moins, comme l’indique Aliette de Panafieu dans sa conférence sur L’amour en tant qu’expérience (je vous invite à aller l’écouter), qu’un homme parvient à son désir profond, à sentir un manque, pour avoir l’élan de s’engager avec une femme.

Si la relation passe du désir à l’intimité sexuelle trop vite, des étapes risquent d’être brûlées et l’homme finit par avoir peur de ce trop d’intimité (et nous les femmes serons nous aussi peut-être perdues dans nos priorités de vie).

Un puissant désir de garder mon homme amoureux

Cette leçon m’a beaucoup aidée et j’ai tellement désiré vivre l’expérience de l’amour naissant que j’ai eu la chance de la vivre.

Alors, je souhaite à chacune de désirer vivre cette expérience.

Je suis tombée amoureuse de l’homme qui est mon mari aujourd’hui un 2 juin, (nous nous sommes mariés un 2 juin, deux ans plus tard, jour pour jour !) et tout de suite, j’ai su que c’était un choc amoureux. Lui aussi est tombé amoureux. Quand il m’a demandé de l’embrasser pour la première fois, je lui ai dit que je ne savais pas où j’en étais dans mes sentiments amoureux pour lui, et qui si je l’embrassais un jour ce serait parce que je serais sûre de vouloir être en couple avec lui.

Comme je n’étais pas sûre et que j’avais besoin de me respecter, je ne pouvais pas faire cela avec lui, avoir du plaisir pour le plaisir, faire semblant de l’aimer.

Ça c’est mon histoire, vous allez me dire. Je vais pourtant ajouter que ça n’avait rien à voir avec un flirt d’adolescents, j’avais 35 ans.

Plus jeune, je n’avais pas préparé le terrain

Avant la trentaine, aucune de ces questions ne me traversait l’esprit. J’étais insouciante et je ne cherchais pas forcement à vivre l’expérience amoureuse. D’ailleurs, je ne savais pas qu’elle existait.

Je ne savais pas distinguer les différents modes de relation avec un homme.

J’étais encore dans “je l’aime bien et il m’aime bien, si ça marche : c’est bingo, on sort ensemble, il deviendra mon amoureux ou ça restera un flirt”. La love story était uniquement celle des studios d’Hollywood (et je sais que certaines d’entre vous vont se reconnaître), c’était comme le fruit du hasard, je ne pouvais pas savoir la suite.

D’ailleurs, je ne savais pas que c’était à moi de décider.

Mes parents ne m’avaient rien transmis sur cela. Soit j’avais peur d’être rejetée, soit j’avais envie d’être dans les bras. Comme je suis née au Brésil, j’avais une permission culturelle d’être dans une relation amoureuse. Il n’y avait aucun problème à être en couple avec un homme qui ne voulait pas s’engager.

Sous la couette

Mes expériences adolescentes

Adolescente, j’étais dans des relations de dépendance et immatures. Tout était expérience. L’apprentissage ne se passait pas par des lectures mais par des histoires plus au moins heureuses, parfois même douloureuses. Mes amourettes se terminaient simplement ou alors c’était le drame, comme ce grand amour que j’ai vécu à 20 ans. Quand ça s’est terminé, j’ai cru mourir, j’ai perdu 9 kilos, je pleurais tous les jours.

Avec du recul, je pense que toutes ces larmes m’ont sauvé la vie. Après ce drame, j’ai passé 7 ans sans m’intéresser à la gent masculine, je me posais la question d’une vocation religieuse.

A propos de religion

Quand une femme dit à un homme qu’elle ne veut pas avoir de relations sexuelles à cause de la religion et non parce qu’elle ne souhaite pas aller trop vite, je pense qu’elle risque d’utiliser de son pouvoir pour contrôler l’homme et la relation.

Oui, je fais l’hypothèse qu’il s’agit de contrôle, de pouvoir sur l’autre, non d’un contact avec un besoin profond d’avoir du temps.

Ma crainte, c’est qu’on puisse prendre cela pour une fausse excuse et ne pas grandir, ne pas assumer ses émotions, peut-être même rester petite fille qui se cache derrière cette position.

Il y a une puissance dans la femme qui resterait cachée, tant qu’elle n’est pas libérée de la frayeur qui l’habite (je vous invite à lire Le complexe de cendrillon).

Un homme, avec un discours pareil, risque de se sentir piégé, au lieu de se connecter avec son besoin d’aimer.

Si l’homme peut avoir des relations sexuelles sans être amoureux, la femme doit se poser la question de son intention, de ce qu’elle souhaite vivre avec lui.

Pour moi, dire non au sexe tout de suite a été la chose la plus difficile que j’ai eu à vivre de toutes mes expériences amoureuses. J’avais la fâcheuse tendance de rentrer dans le désir de l’autre.

Aujourd’hui je me poserais la question : est-ce que cela me fait oui ou non ?

Et cette question est valable tout le temps !

Apprendre à se respecter et à être en contact avec ce qui se passe en moi est un travail de longue haleine, même après le mariage.

Je pense à une copine qui me partageait sa désillusion, car le mariage n’a pas arrangé les difficultés qu’elle avait, ses casseroles étaient toujours là même après le mariage.

Dans le conte de Cendrillon, une fois qu’elle met la pantoufle de verre et qu’elle monte sur le cheval du prince, elle devient sûre d’elle, heureuse et épanouie… alors que dans la vraie vie, la vie à deux ne nous guérit pas forcément de nos manques d’estime de nous-mêmes, nos compulsions alimentaires et nos manques de confiance en nous.

Alors, pas la peine d’attendre le mariage comme une voie de salut pour connaître le bonheur ! le mieux est encore de se mettre en route tout de suite !

Je suis profondément reconnaissante pour les personnes qui m’ont accompagnée, car j’ai pu à la fois guérir, réparer, m’outiller pour l’avenir. J’étais prête pour me marier avec un homme qui me convient à 100%, construire avec lui une vie de couple qui nous ressemble, en évitant de répéter les erreurs de nos parents.

Pour garder mon homme : confiance et à l’action !

Amour naissant, émotion amoureuse, choc amoureux, affection, amour maternant, attirance physique, choisir l’autre avec sa tête, amour raisonnable, etc. : ces différentes expériences de l’amour étaient indistinctes pour moi durant longtemps…

Si j’ai un mérite, c’est celui d’avoir décidé de me mettre en route, d’agir, en étant aidée, et avec différentes lectures, et de désirer également sincèrement de vivre, moi aussi, cette expérience.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Recherches utilisées pour trouver cet article : debut de relation quand faire l\amour, quand coucher avec un homme, est ce que les gars sont capable dattendre pour faire lamour, une femme peut coucher avec un homme qu elle n est pas amourwux ?, pk garde t on un amour secret, Pourquoi on nest pas amoureux de moi?, peut on coucher avec un homme sans avoir confiance, pas de relation ponctuelle, On sest aimer tous les deux jusquau lit pas rapport et on fait quoi après?, nous ensmble depuis un ans et elle reffuse toujours de coucher avec moi

18 Comments

  1. « Quand une femme dit à un homme qu’elle ne veut pas avoir de relations sexuelles à cause de la religion et non parce qu’elle ne souhaite pas aller trop vite, je pense qu’elle risque d’utiliser de son pouvoir pour contrôler l’homme et la relation. »
    Peut être que c’est un risque, mais si dans ma religion coucher avant le mariage est un péché et que je souhaite être en accord avec moi-même, il faut bien que j’en dise quelque chose… Si je dis que c’est parce que je veux prendre le temps, il me semble que ce n’est pas honnête non plus… Alors que dire ?

    1. chère Marie, la question n’est pas de dire ou de ne pas dire. De toute manière, en aucun cas nous allons te dire ce que tu dois faire, ça serait du contrôle de notre part.
      Ce qui nous importe, c’est que tu puisses avoir ce niveau de maturité et de discernement qui te permette de savoir quand tu es dans une posture respectueuse vis à vis de l’autre ou quand tu risques d’instrumentaliser l’autre, la relation, ta religion elle-même.
      En te lisant, j’ai l’impression que tu as beaucoup de questions profondes qui t’habitent. Est-ce que tu as déjà envisagé de prendre RDV pour les partager dans le but de trouver les réponses qui vont t’aider à avancer ? https://encouplesimone.com/besoin-de-conseil/

  2. Merci pour cet article et vos réactions.
    J’ai 40 ans. De 20 à 32 j’ai vécu relations sur relations en mode adolescente fleur bleue. A 32 ans j’ai rencontré un homme avec qui je suis restée 7 ans. Sans parvenir au mariage car au fonds de moi je ne lui faisais pas confiance. Dans cette relation ( beaucoup basée sur le sexe) j’etais en totale dependance affective sans oser l’admettre. Elle s’est terminé en fiasco et j’ai failli y laisse ma peau.
    Depuis 4 ans se sont écoulés sans avoir réussi à m’ouvrir. J’étais profondément blessée.
    Plus capable.
    Il y a 2 semaines j’ai rencontré quelqu’un. ..et forte de mes échecs et d’un long travail sur moi, je ne souhaite pas reproduire les mêmes erreurs.
    Alors oui j’ai très envie d’essayer cette nosexe attitude. Même si mon désir est bien là. …
    J’espère y parvenir pour que cette fois ci celle relation naissance soit la plus mâture et la plus féconde. ..Pour la vie !

    1. Chère Anne Espérance,
      merci pour ta confiance et bravo pour ton choix de changer d’attitude et de prendre le temps avec cet homme pour sentir si tes sentiments se transforment dans un amour sincère et authentique. En fait, si tu as de l’intimité sexuelle avec un homme avant cette période d’attente, pour apprendre à vous connaître, nos carences affectives et autres manques nous empêchent d’être authentique et de sentir profondément si oui ou non, ce que je ressens est de l’amour et surtout de savoir si nous sommes tous les deux capables de nous attacher l’un à l’autre.
      En fait, si même sans sexe, l’autre veut prendre soin de moi et si moi aussi je me sens capable de prendre soin de lui, gratuitement, c’est à la fois preuve que mes motivations sont authentiques et pas motivées uniquement par ma dépendance affective ou sexuelle. L’autre gain, dans cette période, c’est de pouvoir manquer à l’autre suffisamment pour qu’il se dise : “cette femme est merveilleuse, je ne peux pas la laisser filer comme ça, si je ne m’engage pas avec elle, un autre va le faire à ma place.”
      Je suis à ta disposition pour faire un point et savoir quels sont les points que tu as encore à travailler pour réussir cette nouvelle histoire amoureuse et aussi pour te faire travailler les points justes, avec des exercices puissants.
      Si tu souhaites tu peux prendre un rendez-vous ponctuel.
      Je te souhaite de vivre le plus beau jour de ta vie jusqu’à maintenant !

      bien chaleureusement,

      Luciane

      1. Merci Luciane.
        En fait j’aimerais lui dire (à cet homme) mais sans lui faire peur.
        Car forcément il pourrait se dire  » cette femme agit en fonction d’un but qui est l engagement total et moi (lhomme) ça me fait peur que ce soit amené de cette facon ».
        Car pour beaucoup d’hommes faire l’amour les rassure et parfois c’est comme ça qu’ils sentent si il aiment vraiment.
        je suis assez tiraillée…le mieux est que j’arrive à lui dire.
        Ou peut être lui demander ce qu’il en pense.

        1. chère Anne Espérance,
          En règle générale, la sexualité précoce dans une histoire amoureuse est un obstacle sur le chemine pour faire connaissance de l’autre de façon gratuite et être sincèrement dans l’attachement.
          Les recherches actuelles sur le cerveau montrent que le trop de production d’amphétamines, l’hormone du plaisir immédiat, empêche la production de sérotonine, l’hormone du bonheur.
          Si tu donnes le temps à un homme de sentir le désir, le manque, au lieu d’être dans le plaisir immédiat, celui lui permettra de faire grandir l’amour, de sentir s’il est capable de t’aimer et de s’attacher à toi.
          Si tu acceptes les avances sexuelles d’un homme au début d’une histoire, tu brûles les étapes de construction d’une histoire qui dure.
          Luciane

  3. Bonjour,

    Merci pour votre article.
    Je cherche à écouter le développement de Aliette de Panafieu concernant « le désir profond de l’homme » que vous citez.
    Vous serait-il possible de m’indiquer dans quelle conférence ?
    Merci.

  4. Bonjour à vous !
    Je suis heureuse de tomber sur votre blog. Et je voulais partager avec vous mon expérience.
    A 40 ans, pour la première fois, je découvre le bonheur de partager avec l’homme de ma vie une relation sans sexe pour le moment. Nous nous connaissons depuis 1 an environ, et nous nous sommes avoués notre amour depuis seulement quelques mois. L’amour est né entre nous progressivement, ça nous est un peu tombé dessus :)) nous apprenons chaque jour à nous connaître, à nous découvrir et c’est un délice. Nous sommes partis ensemble en vacances… Au départ, cela m’a fait un peu « bizarre » qu’il n’y ait pas de baisers, que nous ne fassions pas l’amour. Parce que cette relation sortait des codes habituels et de tout ce que j’avais pu connaître auparavant : on se drague, on s’invite à dîner, on sort le grand jeu et très vite après on fait l’amour. J’ai compris que ces « codes » brûlaient toutes les étapes et pouvaient aller à l’encontre d’une relation épanouissante et éternelle.
    Avec mon amoureux, nous en avons beaucoup discuté, et on s’est dit que le ciment d’un couple, c’était justement de prendre le temps (pourquoi se presser ?), d’apprendre à nous connaître et que l’amour véritable entre 2 personne n’avait rien à voir avec le sexe. Combien d’homme ou de femme resterait avec la personne choisie si celle-ci annonçait qu’elle ne veut pas passer à l’acte ? beaucoup fuirait je pense… Au contraire, entre nous c’est l’inverse, chaque moment passé ensemble est un émerveillement, nous ne faisons pas l’amour (ça n’empêche pas de nous désirer) mais on se suivrait jusqu’au bout du monde pour être ensemble !

    Si c’est une première pour moi de vivre ce « genre » de relation, je suis très épanouie car nous sommes tous les 2 en phase. Et je me suis rendue compte à quel point son amour me « nourrit ». En revanche, j’ai vécu une situation à laquelle je ne m’attendais pas et qui m’est un peu pénible : mes amis proches ont jugé cette relation et se sont inquiétés pour moi. En discutant avec eux, sans rentrer dans les détails (mais il n’y a pas besoin de faire un dessin..,) leurs réactions ont été assez « violentes » et disproportionnées. Ils ont considéré que nous n’étions pas un « couple », ils ont considéré mon amoureux comme une personne pas normale, sans doute avec des problèmes ou « prêtre ». je me sens un peu « à part » dans le sens où ils ne cherchent pas vraiment à connaître l’homme de ma vie, et ne s »‘intéressent pas vraiment au bonheur que nous construisons ensemble. Comme s’ils se sentaient mal à l’aise alors que je peux l’affirmer, je n’ai jamais été aussi heureuse de ma vie !
    Je sens de la méfiance, de l’indifférence, de l’incompréhension et je dois reconnaître que ce n’est pas agréable. Je n’ai pas à me justifier, j’ai passé l’âge mais je me rends compte à quel point ne pas entrer dans les codes de notre société dérange et isole…
    Voilà, je voulais juste témoigner, vous dire que oui, attendre, encore attendre avant de passer à l’acte, c’est absolument et divinement merveilleux. Cela prouve que la personne en face de vous vous aime pour ce que vous êtes vraiment, pour votre âme et ne vous considère pas comme une simple attirance physique, souvent confondue avec l’amour…

    1. Chère Sue,
      mille merci pour ce témoignage, pour votre courage de le partager. Bravo de vivre ce temps qui vous ressemble.
      Nous proposons de vivre le temps de délices pendant 6 mois. Peut-être que vous êtes entrés dans cette étape depuis vos déclarations et que vous avez encore quelques mois à vivre ce temps en conformité avec vos valeurs, sans intimité physique.
      Ensuite, vous pourrez déjà entrer dans une nouvelle étape de la relation, celle de se projeter ensemble et d’être officiellement en couple.
      Je regrette pour vous que vous ayez déjà dit que vous étiez en couple. Le temps de délice est réservé au jardin secret de chacun, hors du social et du regard des autres. Il est ainsi protégé des commentaires comme ceux que vous avez dû entendre (qui ont probablement été violents pour vous à entendre).
      Je vous souhaite que ce temps de discernement qu’est le temps de délice vous révèle que vous êtes devant l’unique !
      chaleureusement,
      Luciane

      1. Chère Luciane,

        Un grand merci pour votre retour !
        Et bien le temps est un peu passé et j’ai eu une réponse : cet homme unique que j’ai rencontré a fait voeu de… « chasteté ». Il n’est pas dans les ordres, pas prêtre… mais le « sexe » l’a abandonné (aucun problème particulier…).
        Je n’ai jamais vécu ce genre d’expérience auparavant, quelque peu déstabilisante. Le charnel n’est pas le socle de notre relation d’amour, je ne peux pas dire que je suis dans la frustration car notre amour est vrai mais je m’interroge quant à mes désirs…
        Luciane, une histoire d’amour sans histoire charnelle est-elle possible sur le long terme ? Peut-être me direz-vous que tout est possible, du moment que les deux sont en harmonie. Mais je vous pose tout de même la question..
        mille mercis,
        chaleurement

  5. La femme restera sans sexe pendant 6 m mais qu’en est-il de l’homme pendant ce temps.
    Instinctivement j’ai toujours procédé ainsi et bien je peux vous dire que trouver un homme qui patiente c’est comme chercher une aiguille dans une meule de foin.
    D’autant que d’autres femmes ne se refuse pas et elles sont de plus en plus nombreuses.
    Ma dernière relation l’homme (ne pouvait me voir que le soir, il cumulait deux travails. Je lui ai dis ecoute, je travaille tôt donc le soir c’est compliqué, donc on peut se voir les jours off pour partager des choses et mieux se connaître. Les jours off il a son enfant.. donc quand il venait à 1 h du mat je me disait c’est que pour le sexe et je refusais. un peu plus tard il me dis tu sais on fais pas l’amour , donc on est que des amis et entre-temps j’ai rencontré quelqu’un, normalement une femme c’est facile, c pas censée être aussi réticente, le sexe est la base! Et ensuite on peux discuter partager des trucs, c’ est comme ça que ça marche…tu n’as pas assez d’expérience) je me dis que je me suis trompée sur toute la ligne. maintenant il y tellement de choix que l’homme n’a aucune raison d’attendre et je me remets en question sérieusement.. si je vais pas changer d’approche parce que celle du on fait connaissance avant le sexe ne marche pas et j’ai 30 ans.

    1. Chère Dora,
      merci pour ton commentaire. Il est très touchant et nous inspire notre prochain article, que tu pourras lire ici.
      En attendant, tu peux lire cet article qui pourra te donner quelques pistes :
      Amour ou dépendance ?
      Ce que tu dois savoir pour être confiante
      Je fais peur aux hommes… et si ce n’était pas ça ?

      Est-ce que tu penses que tu as les outils qu’il te faut pour construire une vision de couple et une vie de couple qui te conviennent vraiment ?
      En te lisant, nous sentons qu’il y a certains aspects du mode d’emploi de la vie à deux que tu ne connais pas. Si c’est le cas, nous t’invitons à te former !
      Voici un lien pour télécharger la première partie gratuite de notre guide Le jour où j’ai décidé de quitter le célibat : http://get.encouplesimone.com/
      Eva et Luciane

      1. J’ai lu les articles que vous m’avez conseillé et je me retrouve dans chacun d’eux, C’est un peu effrayant. Je pense que j’ai vraiment du boulot.
        je vais commencer par le guide et essayer de lire un article par jour.
        En tout cas merci de votre réponse.

  6. En lisant des commentaires des autres participants j ai trouvé cela intéressant et réconfortant. Car je me suis retrouvée dans son histoire. Et cela m a enseigné que je ne devrais pas courir vers le sexe. J aurai mon homme un jour peu importe l âge. Et de continuer à garder mes principes moraux. Merci!!!!

    1. Merci Dona pour ce commentaire. Ce qui me vient, c’est qu’il y a une confusion entre les niveaux de lecture. Cet article ne concerne pas les principes moraux. Il parle d’un fonctionnement hormonal, humain. Les neuro-sciences nous apprennent que chaque fois qu’il y a une expérience de plaisir associée à une personne, cela s’imprime dans le cerveau par des synapses neuronales.
      Ce qui fait que pendant ces 6 mois de délices, sans sexe, cela va susciter chez l’autre un manque à chaque fois qu’il passera du temps sans la personne. Cet homme pourra dire : “elle me manque”.
      C’est ce manque qui va être moteur pour le faire courir derrière sa belle et se dire intérieurement : “je ne veux pas qu’un autre la choisisse avant moi.”
      Il se trouve que de l’intimité physique et sexuelle pendant cette période provoque des pics d’hormones, comme sous l’effet d’une drogue, suivie de chutes comme quand on est déprimé lors du contre-coup. L’homme ne va pas être dans un temps de délices, parce qu’il va osciller entre le plaisir et le doute.
      Donc, ces fameuses synapses neuronales associées au plaisir ne vont pas se former telles qu’elles. Elles seront associées au plaisir aussi bien qu’à la peur.
      Surtout, il ne va pas sentir le manque et l’envie de s’engager.
      Du côté de la femme, elle risque de créer des attentes avant même d’apprendre à l’aimer en vérité.

  7. Article très intéressant, sur un sujet qui aujourd’hui n’est pas facile. J’ai beaucoup d’amie qui ne se posent pas autant de questions que moi et qui n’ont pas froid aux yeux …. Pour moi il est hors de question de m’offrir à mon partenaire tout de suite ….
    C’est mon point de vue, je respect mon corps et mon esprit et je préfère avant tout de chose bien connaître mon partenaire avant de coucher ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.