J’ai tout essayé…

Qu’est-ce qui me reste à faire quand j’ai tout fait et que je n’avance pas ?

 

Je pense à une amie qui malgré ses nombreux efforts pour avancer et fuire ses difficultés émotionnelles, se retrouve toujours à la case départ.

Elle n’a pas renoncé à vouloir tout comprendre.

Est-ce que ça t’arrive ?

  • De vouloir tout comprendre ?
  • Que quand quelque chose t’échappe, tu te sentes agacée ?
  • De renoncer à continuer une lecture ou un lien d’amitié parce que ce n’est pas ce que tu attends ?
  • D’insister auprès de quelqu’un pour qu’il, qu’elle t’explique ce que tu ne captes pas ?

Si oui, tu es possiblement dans le contrôle, hélas, et peut-être même, dans une forme de pouvoir.

Nous sommes nombreuses à vivre cette expérience…

Je ne savais pas être en relation

Combien de fois, il y quelques années de ça, je me suis retrouvée dans cette situation !
Je voulais expliquer mon point de vue pour être sûre que tous comprennent.
Au point d’agacer mes interlocuteurs.
Et jusqu’à parfois perdre moi-même le fil de ma pensée.
Comme dans une compétition, pour voir qui avait raison.

J’ai découvert grâce aux groupes émotionnels animé par Aliette de Panafieu, que je ne savais pas être en relation.

Avant j’étais tout le temps connectée à mon cerveau gauche.

Je voulais tout expliquer, je n’étais pas en relation.

J’étais dans une incapacité à être dans l’attachement.

Vouloir convaincre et expliquer était ma manière à moi de contrôler les autres.

Il y a aussi une autre façon d’être dans le contrôle.

Vouloir tout comprendre en posant des questions.

Se couper de l’autre et de ses propres émotions.

Tant que l’on veut comprendre, on n’est pas en relation.

La santé, c’est de savoir être en relation

Oui, la santé c’est de savoir être en relation.
Si notre santé émotionnelle ne s’améliore pas, regardons comment nous sommes en relation.

Nous avons chacune à faire le deuil de vouloir comprendre afin de faire l’expérience de sentir.

La clé est de remplacer notre désir de comprendre par des questions puissantes en sens :

  • Qu’est-ce que cela éveille en moi ?
  • Comment je me sens ?
  • Est-ce que cette personne me fait penser à quelqu’un de proche ?

Parfois, comprendre me protège de contacter mes souffrances archaïques.

 

Comment faire le deuil de comprendre ?

Est-ce que cela va vraiment m’aider ?

Changer de paradigme

Vous connaissez l’Ennéagramme ?
Si la France avait une personnalité comme vous et moi, elle serait du type 5 dans l’Ennéagramme. C’est culturel.
Ce qui prime pour elle, c’est l’intellect.

Probablement toi aussi, si tu viens d’une famille française, tu as vécu cette survalorisation de cette dimension l’intellectuelle.

Au détriment de l’intuition, des émotions, des sensations.

Combien d’entre nous ont entendu ça :
“Si tu pleures, tu vas dans ta chambre.”
“C’est du caprice.”
“Elle est impossible, elle fait colère sur colère.”
“Arrête de faire ton cinéma.”
“N’aie pas peur, c’est rien.”
“Si tu as peur, c’est que tu es un bébé.”

Dans ce contexte, on est un peu isolé…
… Sans modèle pour avoir la permission de sentir et d’accueillir nos émotions comme étant bonnes pour nous.

Donner priorité à la relation

Alors, si tu as un projet de vie à deux, s’il est vraiment important pour toi, cela vaut la peine de te déterminer !

Pour réaliser ce changement de paradigme si profond.

Ça sera pour toi comme une ligne de séparation des eaux.
Il y aura un avant et un après.

 

Désormais, tu vas davantage écouter que parler.
Tu vas éviter de donner des conseils.

Tu vas renoncer aux blagues sarcastiques ou ironiques.
Elles font rire, certes, mais sont de la violence ordinaire.

Tu vas aussi t’intéresser à l’écoute active.
Tu vas renoncer aux débats et à vouloir avoir raison, dans ton couple et avec ton entourage…

Tout ces changement mis ensemble feront de toi une autre personne.
Et surtout, cela va te sortir d’un endormissement que tu connais très bien.

Sentir plutôt que comprendre

Récemment, une personne nous a partagé à Eva et à moi, qu’elle n’avait pas accroché avec les livres que nous proposions.

Je me suis demandée : comment ça se fait ?

Si tu ouvres le livre Ma mère mon miroir, ou C’est pour ton bien et que cela est difficile pour toi d’entrer dedans, pose-toi la question :

  • Qu’est-ce que se passe en moi avec cette lecture ?
  • Est-ce que Luciane se trompe en me proposant de lire ce livre ?
  • Est-ce que cette lecture éveille en moi des choses difficiles ?
  • Est-ce que je suis en train de protéger ma mère, l’éducation que j’ai reçue ?
  • Est-ce qu’il y a encore trop de douleurs que cette lecture éveille, que je ne veux pas voir?

Je t’invite à me faire confiance si je dis que ces livres sont importants.

Même si tu as envie de reporter cette lecture, fais confiance et lis.
Malgré mes résistances.

Je ne te propose pas une réflexion intellectuelle. Je te propose une expérience émotionnelle.
Qui va changer ta vie.

Une option : la mosaïque

Au lieu de rejeter ce que tu ne comprends pas, tu vas composer une mosaïque.
Avec ce qui te dérange, ce qui ne te parle pas, ce qui t’agace.
Et tu vas continuer ta lecture.

Au bout d’un moment tu auras une belle mosaïque.
Et plus tard, peut-être, tu verras le sens de ce que tu voulais auparavant rejeter.
Ou tu découvriras pour quelle raison ces chapitres te mettaient tellement mal.

Un deuil essentiel

Renoncer à vouloir comprendre fait partie des deuils essentiels de la vie.

Pour vivre avec d’autres, j’ai besoin de faire le deuil de cette envie de comprendre.

Ce changement est une question de bonne santé émotionnelle !

Veux-tu  vivre une expérience extraordinaire à deux?

Renonce à être dans ton cerveau gauche.
Il te coupe des personnes qui veulent être en lien avec toi.

Préfères-tu analyser ton existence ou la vivre pleinement ?

Je t’invite à être plutôt VIVANTE et à payer le prix pour ça.

Traverser tes émotions est l’unique chemin !

 

Alors, qu’est-ce que tu prends pour toi ?

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *