erreurs à éviter pour sortir du célibat

Les pires erreurs éviter en début de relation

Avant ma rencontre avec Paul, mes histoires amoureuses ont été des apprentissages…

Et mon expérience d’accompagnement me donne d’être témoin, très souvent, de certaines conduites dangereuses de femmes que j’accompagne, qui risquent de les amener à une fin précoce de la relation.

Les histoires ci-dessous sont vraies. Des histoires similaires arrivent à beaucoup d’entre vous.

Ne vous sentez pas visées si vous vous reconnaissez dans les erreurs décrites, c’est normal, ce sont des faux pas fréquents.

Prenez plutôt ces histoires comme des leçons qui vont vous permettre de suivre un chemin  plus doux, en étant plus avisées.

J’ai fait avorter une histoire prometteuse

Marcel, je l’ai rencontré dans un cours de théâtre.

Il était très gentil, généreux, intelligent et doué pour les affaires. Il entrait dans la catégorie du gendre idéal. Quand je l’ai connu, il y avait plusieurs femmes qui lui couraient après.

Je l’ai trouvé très drôle. Je ne savais rien de sa vie professionnelle, ce qui m’a mise en confiance. Si j’avais su les responsabilités qu’il avait, cela m’aurait sûrement fait un peu peur.

Je voyais juste un gars très sympa, confiant, qui me faisait rire

Notre histoire a commencé par une invitation dans un restaurant parisien 5 étoiles.

Nous voilà dans le cadre superbe du Pershing Hall, entourés de murs végétaux exotiques. Champagne et fruits de mer.

J’étais impressionnée.

C’est à la suite de cette invitation que j’ai compris qu’il voulait plus qu’une simple amitié.

Nous avons commencé à sortir ensemble

Je pense sincèrement que notre histoire aurait pu durer si j’avais respecté la consigne de ne pas changer de casquette.

Donc, voilà l’erreur avec laquelle j’ai saboté notre histoire d’amour

Trouver le bon pour quitter le célibat et avoir une vie à deux durable

C’était au restaurant. Il me demande de lui faire passer le test psychologique que j’utilisais avec les enfants auprès desquels j’intervenais alors (j’animais des ateliers de jeux de rôle).

Je lui fais passer le test et, dans ma logique de développement personnel, comme si de rien n’était, je commence à lui énumérer tous ses complexes d’infériorité, dont il n’avait probablement pas conscience et dont il avait peut-être honte.

Il n’a pas réagi. Il était seulement moins joueur et moins drôle que d’habitude.

Nous nous sommes encore un peu vus

Je suis partie en vacances et, à mon retour, il a demandé d’arrêter la relation. J’ai voulu rattraper le coup mais mon erreur avait été fatale. L’analyse que je lui avais donnée à la légère, comme je l’aurais fait pour aider une amie, l’avait probablement trop atteint.

Nous nous sommes revus un an plus tard, mais il n’était plus le même avec moi.

Maintenant, je vois combien j’ai été intrusive. Ce changement de casquette a fait avorter l’histoire.

J’ai manqué de discernement. J’ai trop parlé. J’ai manqué de distance.

Voilà un apprentissage à retenir…

Quand je commence une histoire, je reste à ma place d’amoureuse et je ne change de casquette sous aucun prétexte. Je ne serai ni psy, ni mère, ni conseillère, ni coach, ni sœur, ni guide spirituel.

Je me tais à chaque fois que j’ai la tentation de jouer un autre rôle, même si j’ai vu ma mère le faire auprès de mon père des centaines de fois.

Je suis là pour vivre une histoire amoureuse où l’un et l’autre allons apprendre ensemble à nous aimer, nous respecter, nous attacher et à vivre une vie de couple respectueuse.

Brûler les étapes lui coûte l’histoire amoureuse de ses rêves

Trop beau et pourtant vrai

Simone commençait une histoire avec un homme qui correspondait exactement à celui dont elle rêvait (oui, c’est possible).

Elle m’avait demandé de l’accompagner et avait pris du temps pour rédiger la liste des caractéristiques de celui qui lui plaisait et qui lui convenait vraiment.

Parfois, en l’entendant, je me disais intérieurement qu’il y avait un peu trop de critères à la “Hollywood”. Mais comme je ne suis pas là pour éteindre le rêve de mes Simone et que j’ai pu vivre moi aussi des choses incroyables grâce à la reprogrammation, je me suis dit : “Si elle le veut vraiment, ça va marcher pour elle.”

Et c’est ce qui s’est passé ! Elle a trouvé un homme incroyable, d’une façon improbable, presque par hasard, un “ami” d’une “amie” sur les réseaux sociaux.

Leur histoire a commencé sur un ton très romantique. Il était très doué pour la plume et ils se sont écrit des mots doux et des citations littéraires. Passion de deux amoureux.

Ils habitaient loin l’un de l’autre, ce qui les a obligés à se déplacer et à voyager pour se voir.

Ils sont allés trop vite

Elle approchait de ses 40 ans, pourtant je lui ai proposé de choisir de prendre le temps de le connaître.

Mais elle a fait l’erreur fatale d’accélérer les choses. Ils avaient tellement rêvé l’un de l’autre, ils se correspondaient tellement qu’ils pensaient que cela suffirait pour construire leur couple.

Mais ils ont parlé trop tôt de leur histoire à leurs amis et à leurs familles d’origine.

Ils ont brûlé l’étape des 6 mois de délices, qui devait les protéger.

… Début des difficultés ! L’amour sauvage n’avait pas pu se fortifier entre eux.

Leur histoire amoureuse est devenue l’organisation d’un futur mariage avec son lot d’intrusions de la part de sa famille d’origine pour Simone et, pour Marcel, de la part de ses amis qui lui faisaient des remarques.

… Ce qui était encore bien délicat n’a pu résister aux tourbillons de l’amour domestique et, surtout, à tous les aspects émotionnels, organisationnels et financiers du mariage.

Apprentissage

Au début d’une relation, je suis dans une expérience amoureuse qui est vulnérable, comme l’est une jeune pousse qui vient de germer.

L’amour se construit et l’attachement ne peut se fortifier qu’avec le temps. Donc, si je veux faire alliance avec un homme et passer toute ma vie avec l’unique, j’ai besoin de vivre ce temps de 6 mois de délices où tout est gratuit, sans le poids de l’organisation de la vie domestique, des comptes à payer, des obligations liées aux familles d’origine, etc.

Ce temps que nous vivons doit servir à nous connaître et à me garantir, si à mes yeux, cet homme est capable d’attachement et s’il va vouloir embarquer avec moi pour la vie.

C’est le début de notre histoire de couple respectueux. Nous commençons à créer une appartenance.

Donc, comme mon temps est précieux, je ne brûle pas les étapes. Je me donne le droit de vivre des temps de qualité, de lui proposer mon projet de vie commune, respectueux, de lui dire que j’ai des sentiments pour lui mais ce que je cherche, c’est d’aimer quelqu’un en vérité et cela demande du temps. Je vais lui dire que le flirt ne m’intéresse pas et je préfère prendre le temps d’apprendre à le connaître que de me presser et risquer de le regretter par la suite.

Je lui donne ainsi la possibilité de courir un peu après moi, en lui laissant la main pour m’appeler, pour prendre l’initiative d’un rendez-vous. Je le laisse venir. J’ai confiance en ma propre valeur et j’ai la certitude que le premier élan de notre histoire a aussi de la valeur à ses yeux.

Sois tranquille, ma chère Simone, s’il s’éloigne un peu, il reviendra vers toi !

Avant d’aimer, je me débarrasse de ma dépendance affective

Cette autre Simone, j’ai pu l’accompagner quelques mois et, à mes yeux, ce qu’elle a fait est aussi une erreur fatale.

Trouver le bon pour quitter le célibat et avoir une vie à deux durable

Elle travaillait sur elle et avançait à son rythme vers plus d’autonomie.

Elle faisait les exercices que je lui donnais pour devenir plus autonome et moins dépendante affective.

Elle avançait très bien et il me semblait qu’elle allait vite être prête à être en couple… jusqu’au moment où elle a rencontré un homme à qui elle s’est intéressée.

Au début de leur histoire, elle était dans une forme de déni de son état émotionnel et de son incapacité à aimer encore vraiment un homme.

Petit à petit, elle a régressé

Les séances devenaient infructueuses.

Au lieu de parler d’elle et de ses vrais besoins, au lieu de travailler sur sa dépendance affective, notamment sur son manque d’estime d’elle-même, son incapacité à aimer et à se laisser aimer, elle parlait presque exclusivement de son amoureux. Elle me demandait comment elle devait se comporter avec lui, comme si je devenais sa love coach.

Son développement personnel n’était plus central. Comme si aimer sincèrement n’était plus le plus important. Elle voulait séduire cet homme.

Elle l’a embrassé très tôt

Et, comme je le craignais, elle a commencé une histoire amoureuse artificielle. Elle n’avait pas encore véritablement de sentiments pour lui. Elle était heureuse d’être en couple avec lui. Et lui, de son côté, ne savait pas où il en était par rapport à elle. Au début, cela lui faisait plaisir d’être avec elle, puis progressivement, il s’est senti en décalage et s’est désisté. Elle a continué à lui courir après, mais sans succès.

Apprentissage

Savoir comment il faut faire, trouver des réponses de love coaching : “Dites ceci, ne dites pas cela, répondez ceci ou cela à ses textos…” Tout cela peut être utile, mais uniquement quand on est vraiment amoureuse !

Quand on est encore dépendante affective, on va se retrouver dans une vie à deux pleine de pièges :

  • le piège des attentes
  • le piège du jeu psychologique (sauveteur, bourreau, victime)  
  • le piège de s’accrocher et de vouloir plaire, le piège de me perdre et de ne plus savoir ce que je veux
  • le piège de l’obsession affective
  • le mal au ventre
  • le « je ne sais pas si je dois rappeler ou pas »
  • les pièges liés à mon incapacité d’aimer vraiment, de me laisser aimer, et de me protéger pour avoir une juste distance.

Le mieux, quand je sais que je suis encore dans beaucoup de dépendance, c’est de :

  • travailler sur mon estime de moi
  • nourrir mes pensées positives
  • renoncer à contrôler les autres
  • me donner la priorité
  • et prendre soin de mes relations.

Si ma dépendance me rend la vie vraiment difficile, je prends rendez-vous pour faire un point et commencer un travail sur moi uniquement pour ça.

Vouloir juste séduire l’autre et ne pas changer profondément serait un suicide amoureux. Amour et dépendance ne sont pas compatibles.

Elle jetait du froid dans leur histoire par son silence froid

J’ai accompagné cette Simone qui était en début de relation, et les choses se passaient très bien.

Ils avait été tous les deux déjà mariés et voulaient vivre une nouvelle aventure amoureuse.

Ils se sentaient très attirés l’un par l’autre, mais ils se disputaient souvent pour des broutilles. Lui se plaignait fréquemment de son manque de disponibilité. Il lui envoyait des mots doux et elle prenait trop de temps pour lui répondre.

Ces disputes auraient pu s’évanouir tout simplement avec le respect de la consigne de ne pas faire de débat avec son amoureux.

Je lui ai donné les ingrédients pour réussir la rencontre amoureuse :

  • respecter le silence amoureux,
  • vivre davantage une qualité de présence,
  • écouter ses besoins émotionnels à elle,
  • être attentive à toujours vibrer ensemble,
  • soigner leurs rencontres, en étant attentive à ce qu’ils allaient manger ensemble, à la chaleur du lieu, au bien-être de l’autre, etc.

Un silence froid

Quelque temps plus tard, je reviens elle pour savoir comment cela se passe. Elle me dit que les choses ne se sont pas tellement améliorées…

Je commençais à avoir quelques doutes sur la façon dont elle avait appliqué mes consignes ! Je continue à l’écouter et finis par découvrir qu’elle avait réduit le silence amoureux à une forme de bouderie. Elle ne parlait plus avec lui quand ils se voyaient, mais ce silence n’était habité par aucun des langages de l’amour ! C’était un silence froid.

Apprentissage

Si je ne dis rien et qu’en même temps je bouillonne intérieurement, l’autre ressent que je ne suis pas très bien. Si je suis en colère, même si je n’en dis rien, il ressent toute ma passivité agressive. Je suis dans une posture qui n’a rien à voir avec l’accueil de l’autre. “Malgré” moi, je transmets mes pensées négatives, elles se dégagent de moi.

Donc, si je veux vivre une qualité de présence, je dois en payer le prix : prendre la responsabilité de ce que je ressens. Autrement, je fais peser sur l’autre ma colère, ma tristesse ou toute autre émotion que j’éprouve.

Quand je retrouve mon amoureux, je me mets dans une disposition intérieure aimante, avec une forme de gratitude, de joie. Et si ce n’est pas ma “mood” du jour, j’évite de le voir.

Si je décide de le retrouver, je mets alors toute mon énergie pour éviter les débats et le risque de vouloir avoir raison.

À ton tour

Pour chacune de ces histoires, tu peux faire une prise de conscience qui pourra te conduire à une meilleure maturité affective et être enfin prête.

Je te propose de t’interroger :

  • Quelles prises de conscience t’apportent ces histoires ?
  • Qu’est-ce qui va se passer pour toi si tu continues à agir de la sorte ?
  • Qu’est-ce que tu as le plus envie de changer ?
  • Quelle décision qui va changer ta vie prends-tu ?

Partager ce post

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Merci pour ta visite !

Avant de continuer, découvre 49 conseils pour courir vers ton Prince.

Nous respectons la confidentialité de ton email

7 réflexions au sujet de “Les pires erreurs éviter en début de relation”

      1. Bonjour ,

        Voila je suis en relation depuis 4 mois avec un homme formidable. Nous sommes très amoureux et nous nous entendons bien dans l’ensemble.
        Seul bémol, je suis très susceptible et cela me joue des tours d’autant plus que mon chéri est assez taquin (attention ce n’est jamais méchant) .
        Lundi soir , nous regardions une émission et la il fait un commentaire sur le physique d’une femme présente dans cette émission. Cela a été plus fort que moi je me suis vexée d’un coup .
        Quelques minutes après je me suis excusée mais je me sentais extrêmement mal . Je n’ai pas arrêté de cogiter et lui dire exprimer mes émotions. Il m’assurait que c’était oublié et que personne n’est parfait !

        Sauf que depuis cet épisode, il me dit moins de mots doux je sens un changement leger sur cet aspect la et honnêtement je le vis extrêmement mal.

        Je ne gère pas du tout cela, je lui en ai parlé hier soir et il m’a dit que tout allait bien de son côté.

        Que dois je faire car je vais mal et je ne veux pas non plus lui prendre la tête avec ça.

        Merci d’avance

  1. Bonjour moi et ma copine on c’est mis ensemble je sais qu’elle a du souffrir par le passer cependant elle sais que je suis un garçon bien toutes ses copines lui disent elle avait casser avec moi parce qu’elle avait parler de moi à sa mère et celle ci a étais déçu car elle ne voulais pas qu’elle sois en couple car nous avons 17 ans elle revient vers moi je lui pardonne ses multiples erreurs elle me promet de faire des efforts on se remet ensemble le lendemain cependant en une semaine elle n’en a fais aucun (effort) ou alors seulement sassoir a côté de moi en cours je ne sais pas quoi faire quand je lui dit de se voir en dehors elle me répond je ne peux pas elle ne comprend pas que ses petits efforts qu’elle fais ne suffissent pas à quelqu’un comme moi qui a besoin d’attention tout le temps je lui ai dit que je l’aimais peut être un peu tôt mais elle me l’a dit aussi donc bon je pense que je suis amoureux et elle non

  2. J’ai lu ton article avec grand intérêt, car j’ai décidé de mettre fin à ma vie de célibat. Pour cela, je teste les rencontres en ligne. Je me suis inscrite sur cette application : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.virgoplay.swipi . J’ai récemment fait la connaissance d’un homme qui me plaît énormément. Comme je ne suis pas très douée en amour, tes conseils sont utiles puisque je ne veux pas gâcher ce début de relation.

  3. Pas facile de laisser venir l’homme. Le laisser courrir après soi. Mais en même temps c’est tellement nécessaire pour laisser s’installer la reciprocité. Et que les deux mettent de l’énergie dans la relation. Je viens de vivre deux soirées magiques avec un homme que je viens de rencontrer mais j ai du mal avec l’absence de nouvelles entre les rdv. Je prend ça comme un manque d’intérêt si il ne m’envoie pas au moins un message par jour alors que finalement chacun à un rythme différent. Avant j’aurais « forcé » les choses en envoyant un message à chaque fois qu je sentais un éloignement mais finalement je me dis que pour avoir confiance en l autre et laisser l’histoire s installer faut laisser e la place à l autre pour qu’il puisse lui aussi faire le premier pas et nous démontrer qu’il n’a pas envie que ça s’arrête lui non plus.cest un bon moyen de savoir où on en est.

    1. Chère Steff,
      merci pour ton mot !
      Bravo pour tes prises de consciences et avancées !
      Si j’osais, je commencerais par t’inviter à changer ta communication : est-ce vraiment « pas facile » ?
      Nous voyons dans le Programme Trouver le bon que les mots que nous choisissons impactent notre réalité !
      En même temps, j’entends à 100% ce que tu dis, ce dont nous avons besoin quand nous nous approchons d’une personne, c’est d’une réciprocité.
      En revanche, attention à ne pas avoir d’attentes !!! Quand tu dis « qu’il puisse lui aussi faire le premier pas », est-ce que tu serais dans une forme d’attente ? Ici, à « en couple, Simone ! », nous proposons un modèle respectueux où au lieu d’avoir des attentes, je fais des demandes, je prends des initiatives. Nous en parlons largement dans les vidéos de formation que tu trouveras sur le Portail « À deux, c’est mieux ! » (découverte gratuite pendant 15 jours https://encouplesimone.com/produit/portail
      Belles découvertes !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *